La couleur de la poésie

13 mai 2015

Le romantisme...

 

Le romantisme est un courant litteraire  apparu au 19eme siecle en Angleterre et en Allemagne.

Il s'est fait connaitre en France par J.J-Rousseau,Chateaubriand est l'un des premier auteur à utiliser se nouveau courant litteraire.

JJ ROUSEAU

Suivie de Victor Hugo, Lamartine,ou encore de Musset.

hugo v

Le romantisme à une vision dramatique de l'humanité, il  s'oppose aux codes du Classicisme,des lumières et du rationallisme.Il insiste sur les sentiments ,l'intime et soi-même.De nombreuses oeuvres sont inspires  d'evenement politique .

Posté par Anastelle à 11:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]


20 mai 2015

...et le romantisme noir tu connais?

Le romantisme noir apparait à la fin du 18 ème siècle né en Grand-Bretagne , il est inspiré du gothique .

John Milton est un poète anglais , il a écrit " Paradis Perdu" premier livre inspiré du romantisme noir, les personnages principaux sont Adam,Eve et Satan.

Ce texte est traduit par Chateaubriand qui introduit le romantisme en France.L'une des plus grande auteur du romantisme noir est Ann Radcliffe avec son roman  "Les mystères d'Udolphe" publiée en 1794 traduit de l'anglais par Mary Shelley auteur du célèbre livre "Frankenstein "en 1818.

 

Posté par Anastelle à 10:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 mai 2015

La poésie...

La poésie sert à  communiquer ses sentiments à travers  l'écriture d'un poème, à faire passer un message d'une manière différente pouvant  faire réflechir le lecteur ou non. Elle a des forme très variés, mais  elle est souvent  écrite en vers.

plume

Posté par Anastelle à 10:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mai 2015

estelle analyse du poeme nevermore

Nevermore

Souvenir, souvenir, que me veux-tu ? L'automne
Faisait voler la grive à travers l'air atone,
Et le soleil dardait un rayon monotone
Sur le bois jaunissant où la bise détone.

Nous étions seul à seule et marchions en rêvant,
Elle et moi, les cheveux et la pensée au vent. 
Soudain, tournant vers moi son regard émouvant :
« Quel fut ton plus beau jour ? » fit sa voix d'or vivant,

Sa voix douce et sonore, au frais timbre angélique. 
Un sourire discret lui donna la réplique,
Et je baisai sa main blanche, dévotement.

- Ah ! les premières fleurs, qu'elles sont parfumées !
Et qu'il bruit avec un murmure charmant
Le premier oui qui sort de lèvres bien-aimées !



 

Nevermore est le 2eme poème de "Melancholia" des poèmes saturnien, publié en 1866 par Paul Verlaine auteur symbolique.Le poème est un sonnet de style romantique et de registre élégiaque. Dans ce poème on retrouve les thèmes commun au romantisme tel que le souvenir , le temps qui  passe. "Souvenir" est le premier mot du poème donc mis en valeur et annonce le thèmes principal du poème.Mais aussi la nature, avec comme  l'automne saison maussade, fin de vie. Les trois première rimes du poème sont en [-omne] "automne","automne","monotone" montre la mélancolie. L'auteur dans ce poème fait une travail sur les effets sonores et visuelle 

Posté par Anastelle à 18:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mai 2015

Anaïs analyse "Promenade Sentimentale"

"Promenade sentimentale"  écrit par Paul Verlaine , est le 3e poème de "Paysage triste".

Poème:

Le couchant dardait ses rayons suprêmes
Et le vent berçait les nénuphars blêmes ;
Les grands nénuphars entre les roseaux
Tristement luisaient sur les calmes eaux.
Moi j'errais tout seul, promenant ma plaie
Au long de l'étang, parmi la saulaie
Où la brume vague évoquait un grand
Fantôme laiteux se désespérant
Et pleurant avec la voix des sarcelles
Qui se rappelaient en battant des ailes
Parmi la saulaie où j'errais tout seul
Promenant ma plaie ; et l'épais linceul
Des ténèbres vint noyer les suprêmes
Rayons du couchant dans ses ondes blêmes
Et les nénuphars, parmi les roseaux,
Les grands nénuphars sur les calmes eaux.

Paul Verlaine
Poèmes saturniens

Le poème est en prose , la disposition des rimes sont suivies.

I/Analyse des vers

-Du vers 1 à 4 l'auteur décrit le paysage dans lequel  se trouve le personnage, du vers 5 à 8 on voit la solitude du personnage à travers une expréssion tel que "Moi,j'errais tout seul". Du vers 8 à 10 il y a une apparition , une vision d'un fantôme laiteux,du vers 11 à 12 l'auteur revient sur sa promenade après cette étrange  apparition et des vers 13 à 16 il redécrit le paysage , qui est resté identique depuis le début du poème.

II/Les thèmes principaux de ce poème

Ce poème a pour grands thèmes , la solitude et le souvenir on y aperçoit par  l'expression "Moi, j'errais tout seul" on voit une insistance sur le "Moi". Le souvenir ressort par le temps employé dans le poème "berçait" , "luisait" "rappelaient".

Ce que j'ai compris de ce poème c'est que l'auteur évoque le souvenir avec une personne qu'il a perdu, le "fantôme laiteux" qui apparait dans son poème reflète son mal être, l'auteur ce décris comme un fantôme laiteux.

Posté par Anastelle à 11:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Anaïs analyse poème "Effet de nuit"

Le poème "Effet de nuit" écrit par Paul Verlaine est le 4e poème de "Eaux fortes".

Poème:

La nuit. La pluie. Un ciel blafard que déchiquette
De flèches et de tours à jour la silhouette
D'une ville gothique éteinte au lointain gris.
La plaine. Un gibet plein de pendus rabougris
Secoués par le bec avide des corneilles
Et dansant dans l'air noir des gigues nonpareilles,
Tandis, que leurs pieds sont la pâture des loups.
Quelques buissons d'épine épars, et quelques houx
Dressant l'horreur de leur feuillage à droite, à gauche,
Sur le fuligineux fouillis d'un fond d'ébauche.
Et puis, autour de trois livides prisonniers
Qui vont pieds nus, un gros de hauts pertuisaniers
En marche, et leurs fers droits, comme des fers de herse,
Luisent à contresens des lances de l'averse.

     Paul Verlaine

I/Analyse de vers

Des vers 1 et 3, l'auteur fait une description de la ville et de l'arrière plan ,des vers 4 à 10 il y a la description du gibet( structure en bois pour les éxecutions par pendaisons), Le vers 11 est dedié par la description des prisonniers,  et la fin annonce l'attaque.

II/Le poème en lui même

Ce poème est en prose , les rimes sont suivies. Il y a le champ lexical de l'obscurité : "nuit" , "pluie" , "ciel blafard" , " au lointain gris" , "l'air noir" , "fuligineux".

Il y a aussi le champ lexical du mediéval, Moyen-Age :"flèches" , "tours","ville gothique","trois livides prisonniers","herse","lance","hauts pertuisaniers". Il y a aussi le champ lexical de la violence : "pendus",gigues".

Il y a une allitération en (p) : "épine épars" , une autre en (k) : "bec avide des corneilles", une personnification de la nature :"dressant l'horreur de leur feuillage"

Il a un cadre similaire a une scène macabre, le décor semble sinistre et inquiétant ("nuit","pluie","ciel blafard")qui decris un gibet dans la nuit.

Ce poème présente un cadre d'horreur qui nous enmène dans les paysage et les scènes inquiétantes du Moyen-Age.

 

Posté par Anastelle à 12:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

estelle analyse de "l'angoisse"

L'angoisse

Nature, rien de toi ne m'émeut, ni les champs
Nourriciers, ni l'écho vermeil des pastorales
Siciliennes, ni les pompes aurorales,
Ni la solennité dolente des couchants.

Je ris de l'Art, je ris de l'Homme aussi, des chants,
Des vers, des temples grecs et des tours en spirales
Qu'étirent dans le ciel vide les cathédrales,
Et je vois du même oeil les bons et les méchants.

Je ne crois pas en Dieu, j'abjure et je renie
Toute pensée, et quant à la vieille ironie,
L'Amour, je voudrais bien qu'on ne m'en parlât plus.

Lasse de vivre, ayant peur de mourir, pareille
Au brick perdu jouet du flux et du reflux,
Mon âme pour d'affreux naufrages appareille.

 

 

"Angoisse" est le 8eme poème de "melancholia" des poèmes saturniens publié en 1866 par Paul Verlaine auteur symbolique.Le poème est un sonnet et alexandrin ,de style romantique et de registre élégiaque.Dans ce poème l'auteur est dépressif et est dégoûter de l'existance de la vie. 

- La 1ere strophe la poète rejete la nature "rien"  suivie des "ni"renforce ce dégoût et ce rejet . champs lexical de la nature

- La 2eme strophe il y a un degout  de l'homme et de ses créations. Dans le premier vers "je ris de l'art...des chants" cette phrase est satirique l'auteur se moque de l'humanité

 -La 3eme strophe le poète ne crois plus ,ne veux plus penser à l'amour , " Je ne crois pas en dieu"il ressent un dégoût tellement intense qu'il renonce en sa croyance envers dieu

-La 4eme strophe le poète est mélancolique "lasse de vivre" la poete en a assez de la vie qui l'entoure. La métaphore "mon ame pour d"affreux naufrages appareille" montre que l'âme du poète voyage .

 

Posté par Anastelle à 12:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]